Pierre-Yves Le Borgn'

député des Français de l'étranger

circonscription Allemagne, Europe centrale et orientale

Le dernier Coatmeur

Je suis en train de lire avec fascination le dernier polar de Jean-François Coatmeur, “Une écharde au coeur”, paru il y a tout juste quelques mois chez Albin Michel. Même si l’intrigue est à faire dresser les cheveux sur la tête, c’est aussi avec bonheur que je m’immerge dans ce livre.

J’avais trouvé le temps long depuis « La fille de Baal » en 2005. Cinq ans sans une nouvelle livraison de Coatmeur, c’est dur lorsque l’on aime sans retenue les histoires inquiétantes, oppressantes et les personnages mystérieux et souvent glauques qui ont fait la réputation de cet auteur qui compte dans le paysage français du roman policier.

Beaucoup des romans de Coatmeur sont maintenant publiés au Livre de Poche. Mes préférés sont « La danse des masques » et « Les sirènes de minuit », pour lequel Coatmeur reçut le Grand Prix de Littérature Policière il y a quelques années. Comme pour nombre de ses précédents livres, le suspense dans « Une écharde au cœur » prend forme sur fond de Bretagne sombre, loin de tous les clichés.

Tout commence par une presque noyade dans une crique de la Baie de Douarnenez. Le bain de minuit manque de virer au tragique. Une victime choquée, récupérée sur un bord de route, protégée et qui ne dit pourtant pas tout de ses secrets. Un tueur rode. Qui est-il ? L’intrigue emmêle les pistes, les hypothèses. Elle tient éveillé. Je suis scotché au bouquin depuis plusieurs heures et me demande comment il s’achèvera. Mystère à ce stade. Je lis doucement, comme pour savourer le plus longtemps cet art formidable du suspense. Je me suis dit qu’une petite pause ferait du bien, rien que pour partager ainsi la passion de ce roman.

A celles et ceux que le polar branche, je recommande vivement « Une écharde au cœur » et toute l’œuvre de Jean-François Coatmeur.