Pierre-Yves Le Borgn'

député des Français de l'étranger

circonscription Allemagne, Europe centrale et orientale

La belle victoire du mariage pour tous

Sans doute me souviendrai-je longtemps du vote que j’ai émis hier en faveur du mariage pour tous. Après l’étude de près de 5 000 amendements durant deux semaines, le projet de loi sur le mariage pour tous a été adopté hier par  l’Assemblée nationale. 329 voix contre 229, le résultat est net. Je suis fier d’avoir porté l’une de ces 329 voix au nom de l’égalité de tous les couples devant le mariage et l’adoption. C’est l’honneur des députés de gauche et de quelques élus de l’opposition, que je salue, d’avoir su ancrer le mariage pour tous au cœur du droit français. A l’issue du débat au Sénat, attendu au début avril, le 31ème engagement de campagne du Président François Hollande sera tenu.

 

En écoutant la proclamation des résultats par le président Claude Bartolone, j’ai pensé avec émotion à celles et ceux, croisés au fil de la vie, amis proches ou lointains, de France et d’ailleurs, pour qui ce combat représentait tant. Leur combat était le mien. Il n’existe aucun citoyen de seconde zone. L’homosexualité ne doit priver d’aucun droit, à commencer par celui au bonheur et à l’accueil d’un enfant. J’ai la plus grande admiration pour Christiane Taubira, notre Garde des Sceaux, qui a porté avec une conviction formidable et contagieuse cette cause durant des mois.

 

Mais je veux dire encore plus ma reconnaissance à mon amie Corinne Narassiguin, députée des Français d’Amérique du Nord, porte-parole du groupe socialiste durant cette odyssée législative. Des auditions de septembre au vote solennel hier soir, c’est Corinne qui a écouté, fédéré, bataillé et construit. C’est avec elle aussi que les députés PS de l’étranger ont fait adopter un amendement permettant, là où c’est possible,  le mariage dans les consulats généraux de France dès lors que l’un des deux futurs époux est français. Car ce débat concerne tous les Français, en métropole, en outre-mer et à l’étranger.

 

Nous avons fait hier un pas magnifique au nom de l’égalité.