Pierre-Yves Le Borgn'

député des Français de l'étranger

circonscription Allemagne, Europe centrale et orientale

L’Europe 25 ans après la chute du Mur de Berlin

Voici le texte et la vidéo de mon intervention de ce jour dans l’hémicycle du Palais Bourbon.

 

 

Les 25 ans de la chute du Mur de Berlin

 

Ma question s’adresse à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères.

 

Il y aura 25 ans dans quelques jours, le 9 novembre 1989, tombait le Mur de Berlin et, avec lui, le rideau de fer qui avait maintenu, des décennies durant, des millions de femmes et d’hommes à l’écart du monde libre. Les dictatures communistes d’Europe centrale s’effondraient les unes après les autres et, un an plus tard, l’Union soviétique à son tour disparaissait. Chacun se souvient du frisson de ces journées de novembre, de ces moments d’incrédulité, de liesse et d’émotion partagées, de ce fol espoir là-bas et chez nous en un avenir démocratique et paisible. Chacun se souvient des visages connus et anonymes des héros de la liberté, de ces peuples en mouvement, irrésistiblement tendus vers la rencontre de l’Europe avec elle-même, parce que la liberté et les droits de l’homme sont au cœur de l’identité de notre continent.

 

Il était même question, alors, de la fin de l’Histoire. Imprudemment. L’Histoire s’est poursuivie, avec ses hauts et ses bas. L’Union européenne compte désormais une monnaie unique et 28 Etats membres, mais une tragédie a déchiré l’ex-Yougoslavie, rappelant les heures les plus sombres de l’humanité. En Europe, les nationalismes couvent, à l’est et aussi à l’ouest. Le droit international est contesté, bafoué, ignoré. Un Etat, la Russie, a annexé une partie d’un autre, l’Ukraine. En Russie, en Azerbaïdjan, en Turquie, en Hongrie, la société civile, le dos au mur, se bat pour son existence. A nos frontières, l’intolérance, le fanatisme, le terrorisme et la guerre menacent comme jamais. Qu’est devenu, 25 ans après, le souffle du 9 novembre 1989 ?

 

Monsieur le Ministre, la passion européenne ne peut faire recul et les valeurs européennes pas davantage. Quelles sont les priorités concrètes de la France pour l’Europe des droits et de la paix, pour l’Europe qui émancipe, pour l’Europe qui rassure et qui protège ?

 

Réactions à cet article