Pierre-Yves Le Borgn'

député des Français de l'étranger

circonscription Allemagne, Europe centrale et orientale

Retour sur 5 années de réserve parlementaire

En cette fin de législature, j’ai préparé un tableau consolidé recensant pays par pays, ville par ville et projet par projet l’intégralité des dons que j’ai effectués au titre de ma réserve parlementaire entre 2012 et 2017. Le tableau se trouve en annexe de ce post. Le total de mes dons sur les 5 ans de mandat s’élève à 650.000 Euros. Je suis venu en aide à 70 projets, en lien avec les trois priorités que j’avais choisi de me donner au début du mandat : accès au livre, au numérique et à la culture française ; aide à la petite enfance ; devoir de mémoire. Sur ces 70 projets, 65 étaient situés dans les 16 pays de ma circonscription. Les 5 autres sont pour 3 d’entre eux indirectement liés à la circonscription (souvenir des enfants d’Izieu en Allemagne, développement de manuels en ligne libres de droits pour les associations d’animation enfantine à l’étranger et forums d’urbanisme de Sarajevo).

 

Sur ces 650.000 Euros, 236.000 sont allés à des écoles et établissements scolaires, 280.000 à des Instituts français et Alliances françaises et 46.500 à des associations d’animation enfantine, jardins d’enfants et organisations de jeunesse. Je suis heureux d’avoir pu apporter ces soutiens dont j’avais souhaité qu’ils soient déterminants, c’est-à-dire qu’ils permettent par le montant parfois substantiel du don accordé aux projets de voir le jour concrètement. Je pense par exemple à l’achat du Bibliobus de l’Institut français de Düsseldorf ou la construction de la médiathèque de l’Institut français de Bonn. Je me suis interdit toute subvention de fonctionnement ou tout saupoudrage. J’ai pu voir, le temps passant, la réalisation des projets. Il m’est arrivé à quelques reprises d’en inaugurer certains. Je pense notamment aux jeux des cours de récréation à l’Ecole française de Bratislava ou aux nouveaux locaux de l’Ecole française de Tirana.

 

La réserve parlementaire est un mécanisme incompris et quelque peu fantasmé, certainement parce qu’un voile de mystère en entoure l’exercice depuis toujours. Je n’ai jamais compris cette réticence à communiquer et j’ai veillé, sitôt élu, à exposer publiquement et en temps réel mes priorités et mes choix. Il s’agit en effet d’argent public et le devoir de transparence absolue sur l’allocation qui en est faite me paraissait aller de soi. La réserve parlementaire évoluera certainement dans la prochaine législature vers plus d’ouverture et de partage. Ce sera une bonne chose. Un dernier mot concernant la législature qui s’achève pour mentionner un projet que j’ai choisi de soutenir hors réserve, à titre personnel et privé : la publication du livre collectif de souvenirs des Français de Baden-Baden, « Rencontres inoubliables ». La présentation du livre à Baden-Baden en novembre 2014 restera un moment d’émotion que je chérirai longtemps.

 

Tableau réserve parlementaire 2012-2017

Réactions à cet article