Pierre-Yves Le Borgn'

député des Français de l'étranger

circonscription Allemagne, Europe centrale et orientale

Classes bi-langues, apprentissage de l’allemand et … élection présidentielle

Lisant dans les premiers jours de janvier le livre d’Emmanuel Macron (Révolution, Xo éditions), j’ai découvert avec plaisir à la page 111 le paragraphe suivant : « Pour ce qui est du collège, nous reviendrons sur la suppression des sections européennes, portes d’ouverture de nos jeunes sur la citoyenneté. Nous rétablirons dans toutes les académies les classes bi-langues anglais-allemand en 6ème. Former des jeunes germanophones est stratégique pour la relation franco-allemande, conformément aux engagement solennels pris par le Général de Gaulle en 1963 ». J’ai aussitôt glissé un petit mot à Emmanuel Macron pour le remercier de prendre cet engagement, me souvenant de notre échange à la foire industrielle d’Hanovre en avril 2016 sur l’erreur politique majeure qu’aura constitué à mes yeux la suppression des classes bi-langues dans le cadre de la réforme du collège. Faut-il rappeler en effet que ce sont les classes bi-langues qui avaient permis, il y a bientôt une quinzaine d’années, de stabiliser en France les effectifs de germanistes (lire ici).

 

L’idée m’est venue après cela d’interroger tous les candidats à l’élection présidentielle sur leur position à l’égard de la suppression des classes bi-langues et l’apprentissage de l’allemand. Sont-ils prêts à s’engager en faveur de leur rétablissement ? Je dois, pour être juste, indiquer qu’outre Emmanuel Macron, François Fillon, désigné par les primaires de la droite au mois de novembre dernier, a pris également un engagement similaire pour leur rétablissement. J’ai saisi les candidats suivants : Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Vincent Peillon, François de Rugy, Jean-Luc Bennahmias, Sylvia Pinel, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Philippe Poutou, Nathalie Artaud, Rama Yade, Charlotte Marchandise, Jean Lassalle, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen. Voici le message que je leur ai adressé par mail à leur site de campagne ou à leur adresse électronique d’élu(e)  (par Twitter à Philippe Poutou et Nathalie Artaud, dont je n’ai pas trouvé de site de campagne) :

 

Cher …,

 

La suppression des classes bi-langues dans le cadre de la réforme du collège a porté un rude coup à l’apprentissage de l’allemand en France (www.pyleborgn.eu/2016/10/recul-inquietant-des-effectifs-deleves-germanistes-au-college). Il est malheureusement à prévoir que cette décision, prise contre la mobilisation de tous les acteurs de la relation franco-allemande, à commencer par les professeurs d’allemand, conduira au recul du nombre d’apprenants et du niveau d’apprentissage de ceux-ci. L’Allemagne est pourtant notre premier partenaire économique, commercial et politique. Candidat(e) à l’élection présidentielle, reviendrez-vous si vous êtes élu(e) sur la suppression des classes bi-langues ?

 

Bien cordialement,

 

Pierre-Yves Le Borgn’, député des Français de l’étranger, président du groupe d’amitié France-Allemagne à l’Assemblée nationale

 

J’espère que chacun répondra. En tout état de cause, je publierai les réponses sur ce site. Pour tous ceux qui ont la relation franco-allemande et la langue allemande à cœur, ces réponses seront importantes à l’approche des échéances électorales du printemps prochain.

Réactions à cet article