Passer au contenu

Pierre-Yves Le Borgn' Articles

Contre l’extrême-droite, levons-nous !

Au soir des élections européennes, le Président de la République a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale et de convoquer des élections législatives les 30 juin et 7 juillet prochains. Cette dissolution était inévitable. Elle était sans doute même devenue souhaitable au regard de l’impasse politique profonde dans laquelle glissait inexorablement la France depuis plusieurs mois. Je l’imaginais cependant pour l’automne, de l’autre côté de l’été, après les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Nous vivons une période difficile, morose, rageuse, et un peu de joie, de soleil, de repos, de passion aurait, je crois, fait du bien avant d’aller en conscience et lucidement aux urnes. Il en a été décidé autrement. Une campagne très courte s’amorce désormais. Dans deux semaines, nous y serons déjà. Il n’y aura pas ou peu de débats. Les réseaux sociaux, à l’inverse, fonctionneront à plein. La question in fine sera de savoir si les Français éliront une majorité de députés d’extrême-droite à l’Assemblée nationale, confiant les clés du gouvernement de la France à Jordan Bardella et à Marine Le Pen. Il n’y en aura pas d’autre. Ce sera un référendum sur le Rassemblement national, comme les élections européennes auront été un référendum sur Emmanuel Macron.

Le temps n’est plus à la réflexion, à l’analyse des responsabilités, à la politique politicienne, à la procrastination. Il est à l’action et il est au choix. Faut-il se résigner à ce que l’inégalité de traitement entre les citoyens, fondée sur leurs origines, leur couleur de peau ou leur religion, devienne le fil conducteur de l’action de la France pour au moins 3 ans ? Faut-il accepter que notre pays se jette dans les bras de Poutine, de Trump, d’Orban et de tous les satrapes planétaires et climatosceptiques dont le trait commun est la haine de la démocratie, de la liberté et du droit ? Faut-il renoncer à l’Europe, s’isoler de nos voisins, barricader notre économie et courir à la ruine ? Je ne peux me résoudre à ce que ce scénario devienne réalité le mois prochain. La situation dans laquelle se trouve la France en ce vendredi 14 juin est sidérante. Il y a à peine une semaine, nous célébrions le courage et la liberté à Omaha Beach, la victoire de l’idéal contre le pire… L’extrême-droite est un poison. L’histoire nous a appris que lorsqu’elle gagne le pouvoir par les urnes, elle ne le rend jamais de la même manière. Elle hait la démocratie, l’Etat de droit et s’applique méthodiquement à les déconstruire. Elle a toujours fait du mal à la France. Elle n’est pas la France.

L’heure est grave. Avec plus de 30% d’intentions de vote au premier tour, le Rassemblement national sera présent partout au second tour le 7 juillet. Contre qui ? Contre un adversaire que j’espère républicain. Cet adversaire-là, s’il/elle est irréprochable sur l’antisémitisme, sur l’Ukraine et par le comportement, aura ma voix. Je suis un homme de gauche. J’ai été député. L’égalité et l’universalisme sont au cœur de mes convictions. Ma gauche est une gauche réaliste, laïque, européenne, à la recherche du compromis social. J’ai voté pour Emmanuel Macron. J’ai apprécié son action durant la pandémie. C’était un temps social-démocrate. J’ai été peiné par la réforme des retraites et la loi immigration. J’aurais aimé qu’il n’oublie pas cette gauche qui l’avait soutenu et dont, je crois, il venait. J’ai attendu des propositions sur le pouvoir d’achat, en réponse aux souffrances sociales et au sentiment ravageur de relégation. J’espérais un front républicain, par-delà les différences politiques, préfigurant peut-être une coalition pour gouverner et un rassemblement inédit pour notre pays parce que la période l’exige. Les propositions ne sont pas venues et le rassemblement ne s’est pas fait. Nous tous qui ne voulons pas de l’extrême-droite allons malheureusement divisés aux élections.

Rien n’est pourtant encore écrit. Levons-nous ! Votons, faisons voter. C’est maintenant que tout se joue. Je sais d’où je viens. Je me souviens des miens, de leurs récits des combats glorieux, depuis la Résistance au militantisme politique et syndical dans le Finistère. Je me souviens de leur humilité aussi. Ils avaient, comme tant d’autres Français, la passion simple et belle de notre pays. Ils savaient se rassembler, se dépasser aussi. Ce souvenir m’oblige autant qu’il m’émeut. Nous sommes certainement des millions, une majorité à partager la même histoire, cette même volonté de préserver la France de l’extrême-droite, du racisme et du rejet de l’autre. Il faudra nous retrouver, si ce n’est au premier tour, certainement au second tour, que l’on soit de gauche, du centre, de droite ou d’ailleurs, et donc d’abord et passionnément de la République. J’ai été inspiré par la campagne européenne de Raphaël Glucksmann. J’ai aussi des amis à Renaissance, au MoDem, à LR, au PS, chez les écologistes. Ces différences, parfois grandes, parce qu’elles sont respectueuses et dignes, sont nos richesses. Nous savons que ce ne sont pas des murs qui construiront l’avenir de la France et du monde, mais le combat pour le développement de tous, contre la misère, l’abandon et le désespoir.

Depuis dimanche, j’ai reçu des messages d’amis, de parents, d’électeurs et d’électrices m’encourageant à me présenter aux élections législatives. J’en ai été touché, surpris, et pour tout dire ébranlé aussi. Je ne les attendais pas. Et, oui, pendant ces quelques jours, j’ai envisagé une candidature. Je suis à l’écart de la vie publique depuis 7 ans, mais l’amour de la France et la disponibilité pour la servir demeurent ancrés en moi. Je ne peux me résoudre à voir notre pays se perdre et cheminer vers l’abîme. Il fallait cependant que ma candidature, si je la présentais, puisse rassembler largement, qu’elle ne divise pas davantage cet espace politique opposé à l’extrême-droite, qu’elle soit utile et mieux, qu’elle soit décisive. C’est parce que le risque de division existait que j’ai choisi de ne pas la présenter. Le plus important n’était pas mon retour à la vie publique, le plus important est notre avenir à tous. Il nous reste si peu de temps d’ici au 30 juin et au 7 juillet pour mobiliser. Chaque voix comptera. Aucune peine ne doit être épargnée pour parler, convaincre, rassembler. C’est une mission qui nous engage et que nous avons en partage. Elle sera difficile, acharnée, mais j’ai confiance que nous saurons, pour notre pays et parce que l’essentiel est en jeu, la mener à bien.

2 commentaires

Moments d’éternité

Ils sont entrés, les uns après les autres, bérets ou casquettes sur la tête, poussés dans leurs fauteuils roulants. Ils étaient souriants, parfois émus, esquissaient pour quelques-uns un petit geste timide vers la foule qui les ovationnaient de plus en plus fort. Certains avaient voulu marcher, lentement, doucement vers les fauteuils qui les attendaient, aux côtés des Présidents, des rois et des reines, des Premiers ministres, à la place qu’ils méritaient. Face à la Manche, face à cette mer par laquelle ils étaient arrivés sous un déluge de feu 80 ans plus tôt, il flottait un sentiment immense d’éternité. Merci, merci, que dire de plus fort à ces hommes aujourd’hui centenaires, venus des Etats-Unis, du Canada et du Royaume-Uni, humbles et courageux acteurs de l’un des plus grands moments de l’histoire du monde. Nos applaudissements valaient tous les mots. Ils avaient à peine 20 ans. Cette terre de Normandie qu’ils allaient libérer, puis la France et l’Europe, ils ne la connaissaient pas. Se connaissaient-ils d’ailleurs, massés, épaule contre épaule, sur ces bateaux qui les menaient au combat, vers leur destin, dans la tempête, le vent et la pluie du 6 juin 1944 ? Ils étaient frères d’armes, par dizaines de milliers, soldats de la liberté, portés par le devoir et par l’idéal aussi. Ils allaient écrire l’histoire.

Dans la tribune, l’émotion m’étreignait, comme bien d’autres. Ce n’était pas une commémoration du 6 juin comme les précédentes, c’était la dernière qui verrait, sans grand doute, les survivants du Débarquement fouler la terre de Normandie qu’ils avaient libérée. Ils le savaient, nous le savions.  C’était un adieu, le leur, le nôtre. Ce n’était pas triste, mais beau, d’une beauté emplie de solennité et d’espérance. Les chants, la chorégraphie, les discours disaient la gratitude de la France et du monde. Il y avait la jeunesse des enfants, tout de blanc vêtus, dansant, chantant à deux pas d’eux. Il y avait les regards, ceux qui disent tant, sans besoin de mots. Il y avait aussi et surtout ces dernières forces, mobilisées pour se lever, se tenir debout, recevoir pour trois d’entre eux, combattants d’Omaha Beach, la médaille de la Légion d’honneur des mains du Président Emmanuel Macron, et pour Ed Berthold lire la lettre qu’il avait écrite à sa mère le lendemain du 6 juin 1944. « We have done extraordinary things » disait-il. Rien n’était plus juste que ces mots, plus vrai aussi. C’était il y a longtemps et c’était pourtant comme hier, parce que la liberté est précieuse, que la paix doit être juste et partagée si l’on veut qu’elle dure, et parce que les idéologies totalitaires, même vaincues, demeurent toujours.

Vivre libre, il n’existe pas de plus noble, de plus universelle cause. Est-ce cependant partagé ? La guerre est revenue en Europe, 80 ans après le 6 juin 1944. Hier, dans la longue, émouvante et impromptue accolade entre Melvin Hurwitz, vétéran de la 8ème Airborne, et le Président Volodymyr Zelensky, il y avait comme le passage d’un témoin. Le centenaire encourageait le quarantenaire, lui disait ses encouragements, son admiration, son espoir, ses prières que l’Ukraine l’emporte et retrouve sa souveraineté. Il le faut. Car l’asservissement d’un peuple n’est pas la liberté, l’absence du droit n’est pas la liberté, la dictature n’est pas la liberté. Le combat pour la liberté n’est en vérité jamais achevé. Il est, puisqu’il le faut, celui des armes, avec l’appui de nos nations européennes. Mais il doit aussi être celui des idées, de l’éducation, des convictions et du civisme. On ne peut relativiser l’histoire, l’oublier ou ne pas l’apprendre. Commémorer le 6 juin 1944, c’est savoir d’où l’on vient, des générations après. C’est apprendre que la mémoire est un devoir citoyen et qu’il faut l’honorer. C’est savoir ce qu’est le nazisme, c’est se souvenir de la Shoah et honnir à jamais l’antisémitisme, qu’il soit affirmé ou latent. « Nous sommes tous des enfants du Débarquement », disait hier Emmanuel Macron. Oui, nous le sommes.

Nous sommes aussi des enfants de l’Europe. L’Hymne à la joie a été joué à Omaha Beach, chanté en plusieurs langues. Le drapeau européen flottait face à la mer. Le Chancelier allemand Olaf Scholz était présent. C’est la paix et la réconciliation aussi que nous célébrions. Un poème écrit par Friedrich von Schiller, une symphonie composée par Ludwig van Beethoven, une ode venue d’Allemagne et devenue l’hymne européen, il n’est pas de meilleur symbole. C’est par le droit que l’Europe a fait la paix. Et c’est l’Europe qu’il faut défendre, à quelques jours d’un scrutin périlleux pour nos pays et le continent. Non loin de moi dans la tribune, il y avait les représentants bien connus de partis qui combattent l’Europe. Je voudrais imaginer qu’ils applaudissaient avec conviction. Je n’en suis pas si sûr. On ne sert pas impunément la main à Poutine. On ne décrit pas l’antisémitisme comme « résiduel » sans arrière-pensée. C’est aussi par les commémorations que l’Europe s’apprend, se palpe, se vit, et notamment à l’âge de la jeunesse. L’Europe est notre destin commun, cet idéal que la paix arrachée au prix de millions de morts a permis, ce leg reçu des combattants du 6 juin 1944 et que nous devons transmettre. C’est cette promesse, hier, que nous leur avons faite.

Les ovations ont retenti, la Marseillaise achevée, et elles ne voulaient plus cesser. La cérémonie s’est achevée, le ciel bleu avait déchiré les nuages et le soleil venait. Les vétérans du 6 juin 1944 s’en allaient doucement, saluant la foule. Je suis passé auprès de quelques-uns d’entre eux. « Thank you, Sir », disais-je. Je n’avais pas davantage de mots, la gorge nouée par l’émotion. Je ne voulais pas faire de photo. Je voulais simplement, modestement, intensément, m’imprégner de leurs visages, de leur regard et les garder à jamais en mémoire. Je mesurais le privilège immense d’être là. Je sais ce que le combat pour la liberté veut dire. Ma famille, comme bien d’autres, en a payé le prix. Ma reconnaissance au monde combattant est éternelle. Je n’oublierai ni le 6 juin 1944, ni le 6 juin 2024. Marchant vers mon bus, j’observais la Manche. Sur la plage, il y avait deux barges échouées. Et au loin, des navires de guerre. Comme il y a 80 ans. Dans le ciel restaient les traces tricolores du passage de la Patrouille de France. Un vétéran scrutait l’horizon, sans bouger, pour se souvenir, pour le temps qui reste. L’image était émouvante. Je suis resté un instant auprès de lui. Un instant, une éternité, une histoire, la leur et la nôtre. Dans le lointain, les cloches des églises sonnaient. C’était hier. Ce sera demain. Nous le leur devons.

Merci au Président de la République de m’avoir permis, par son invitation, de vivre ce moment que je conserverai à jamais en mémoire.

3 commentaires

L’esprit de Bruges, l’esprit d’une vie

Il est 2 heures et je marche dans Bruges. La nuit est noire. Elle est froide aussi. Difficile d’imaginer que nous sommes le 2 juin. Je viens de quitter la fête des 35 ans de ma promotion au Collège d’Europe. Nous étions une soixantaine, un peu blanchis, un peu dégarnis parfois aussi, mais tellement heureux de nous retrouver. Ces rues que je parcours maintenant sur le chemin de l’hôtel étaient les nôtres. Elles nous appartenaient, loin des touristes, dans ces mois ventés d’automne et d’hiver, sous les nuages et un peu de pluie. Nous les arpentions à vélo, à pied, avec nos livres, nos cahiers, nos rêves, nos bonheurs de jeunesse. J’ai encore en tête la musique de la fête. Je n’ai pas envie de rentrer trop vite. Je veux ressentir Bruges, comme je l’ai fait, comme nous l’avons fait il y a si longtemps. Les canaux, les croisements, les maisons sont autant de bouts de notre histoire, celle d’une aventure commencée un jour de septembre 1988, achevée un jour de juin 1989. Nous étions jeunes, nous venions de loin, de bien des coins d’Europe, d’une Europe encore divisée par un rideau de fer. Nous ne nous connaissions pas. Nous avions tout à construire, des vies, des idéaux, des parcours, des amitiés et souvent davantage. C’était un temps béni, un moment dont nous comprendrions peu à peu qu’il marquerait à jamais nos destins.

Le Collège d’Europe a changé ma vie. J’étais un jeune Breton, venu de Quimper. J’avais envie d’Europe. Sans doute la comprenais-je par l’histoire et par les livres, mais je la connaissais finalement si peu encore. L’Europe se vit, se palpe, se ressent. J’avais tant à apprendre. Je me souviens de ma première nuit, dans un petit hôtel de la Cordoeaniersstraat, la veille de rejoindre notre résidence d’étudiants. J’étais enthousiaste, pressé de découvrir les arcanes de l’Europe, un peu fébrile aussi. Etait-ce une bonne idée d’avoir voulu étudier à Bruges ? N’aurais-je pas dû rester à Paris, préparer l’ENA, suivre un chemin tracé ? La vérité est qu’un immense besoin de liberté me taraudait et m’avait longtemps fait rêver du Collège d’Europe. J’y étais enfin. Je voulais sortir des cadres, des parcours convenus. Je voulais vivre intensément. Cette liberté-là, je ne l’ai jamais regrettée. J’ai aimé chaque jour, chaque soir, chaque nuit à Bruges. J’ai avalé des milliers de pages de cours et de livres, fasciné par nos professeurs, leur bienveillance et leur érudition. Et je me suis fait des amis pour la vie. Bruges, c’était cette excellence académique, cette émulation heureuse et joyeuse, ces moments passés à échanger à l’infini, à se découvrir, à se comprendre. Dans les bonheurs, dans les passions, dans les peines, il y avait une force unique.

Nos vies professionnelles étaient à venir. Elles sont désormais presque achevées. Le temps a passé, enfilant inexorablement les décennies. C’est allé vite. Je trouve parfois que c’est vertigineux. Dans la nuit froide de ce 2 juin, je repense aux discussions endiablées et drôles de la soirée, à nos parcours respectifs, aux nouvelles échangées des uns et des autres, à nos enfants devenus grands, aux chagrins, évoqués à demi-mots, de voir partir nos parents, parce qu’ainsi va le balancier de la vie. Nous avons repris les discussions là où nous les avions laissées. Et si on se retrouvait plus souvent, et pas seulement pour les 35 ans, les 40 ans, les 50 ans… Et si le temps de la retraite qui vient n’était pas celui d’une nouvelle liberté, celle de voyager et d’explorer ensemble les idées et le monde, celle d’une nouvelle étape ? Rire ensemble, réfléchir ensemble, construire ensemble, tout cela, nous pouvons sûrement le faire. Le temps nous a apporté l’expérience. Jeunes, c’est dans la tête que nous le restons. Il y avait les juristes, les économistes, les administrativistes. Il y a désormais les militants divers et joyeux de l’Europe par la preuve, dont les années n’ont pas éteint l’enthousiasme, l’envie d’imaginer et d’entreprendre. Nous appelions cela l’esprit de Bruges. C’était l’esprit de nos 20 ans et il ne nous a pas quittés.

Je m’arrête sur les ponts, scrutant l’eau noire et immobile des canaux, repensant au roman de Georges Rodenbach, Bruges-la-Morte. La lecture de ce livre m’avait fasciné il y a 35 ans et sa fin m’avait désespéré. Bruges porte sans doute à la mélancolie, sûrement même. J’ai la nostalgie de notre jeunesse lointaine, mais je pense aussi que le meilleur est à venir et que c’est désormais le temps d’après. Je regarde les drapeaux, les statues, les étroites et hautes maisons flamandes, le nez en l’air, avec reconnaissance et affection. Les clochers de Bruges sont autant de flèches tournées vers le ciel. Il y a une belle part d’espérance sur ces places et dans ces rues que je ne peux me résoudre à quitter. Sur le Markt, les baraques à frites n’ont pas encore fermé. Ça sent la graisse de bœuf et la bonne bière. Quelques fêtards retardent la fin de la nuit. Je les observe avec tendresse. Je les envie sans doute un peu. Je me souviens des fois où nous étions comme eux, étudiants hilares et peut-être bruyants sur le chemin de nos résidences. C’était cela, le Collège d’Europe, une rencontre merveilleuse et pour toujours, un lien passionné à une ville unique qui nous rappelle ce qu’est l’Europe et d’où elle vient. J’arrive près du Théâtre, face à mon hôtel. La marche s’arrête là, mais l’histoire, elle, continue. Et c’est à nous d’en écrire la suite.

A la mémoire de Shoubi, de Lucien, de Thomas et des amis qui nous manquent tant et dont le souvenir demeure.

10 commentaires

Il y a des jours comme cela

J’ai achevé hier une semaine de travail marquée par des déplacements à Paris, Madrid, Chambéry et de nouveau Paris. C’était une sorte de « road-rail-sky trip » de réunions passionnantes dont je me réjouissais et qui s’est à la pratique transformé en une redoutable odyssée. A Madrid, mon chauffeur de taxi s’est égaré dans les plus grandes largeurs à la sortie de l’aéroport de Barajas et m’a déposé longtemps après minuit à mon hôtel. A Lyon, mon vol très en retard m’a contraint à une marche aussi nocturne qu’humide à la recherche incertaine d’une voiture de location sur un parking lointain, avant une arrivée en Savoie autour de 4 heures du matin pour une réunion débutant à 9 heures. Quittant Chambéry hier, ma voiture a eu le bonheur de rouler sur un clou, substituant un dépannage rock and roll le long de la voie rapide, puis le passage prolongé par un entrepôt de pneus à la réunion ministérielle parisienne préparée de longue date. Je pensais alors en avoir fini de la semaine et des galères quand, montant enfin dans le train pour Bruxelles avec une tête de cocker fatigué et le week-end à l’esprit, je me suis aperçu que ma valise n’avait plus de roues… Il y a des jours, ou en l’occurrence des semaines, comme cela.

Mieux vaut en rire. C’est d’ailleurs ce que les témoins de mes aventures successives des jours passés ont fait et je ne leur en veux pas. La malchance entraîne en général un haut degré d’hilarité. Mon fils Marcos a coutume de dire affectueusement que « Papa a des misères ». Le récit de la semaine ne l’a pas démenti. Là est en effet la vérité : je suis poursuivi par une certaine poisse et, oserais-je ajouter, depuis longtemps. Je fais partie des fidèles abonnés à la scoumoune. Un jour, soucieux de me documenter sur la poisse et ses mécanismes, j’avais lu un article très sérieux publié sur le site de Doctissimo, comme si la poisse était pathologique et requérait une prompte consultation. Je n’en suis pas là, Dieu merci. La poisse est une combinaison de malchance et de distraction. Contre la malchance, on ne peut malheureusement rien. Contre la distraction, si, et j’essaie de m’y employer. Je me vois encore courir dans la rue à Paris il y a une quinzaine d’années derrière le taxi que je venais de quitter et qui filait avec dans son coffre le bagage que j’avais oublié de prendre. Ou ranger, un jour de hâte, les clés de mon appartement dans une valise avant le check in à Boston et arriver à Bruxelles sans la valise. On apprend de ses errements et certains souvenirs cuisants conduisent à une saine vigilance.

La poisse est-elle contagieuse ? Assurément non. Je me souviens cependant, à l’issue d’une année ponctuées de quelques mésaventures cocasses, de collègues de travail vérifiant discrètement que je ne voyagerais pas dans le même avion qu’eux. C’est terrible comme une réputation se construit vite. Volant un soir de Floride vers Chicago, j’avais reçu une valise sur la tête, tombée du overhead bin à la faveur de turbulences au-dessus du Mississipi, puis mes bagages avaient été perdus. Cela s’était su. Quelques semaines après, le four de l’avion de Virgin Express que nous empruntions pour nous rendre à Londres avait pris feu avec les croissants du petit-déjeuner. L’avion avait été immobilisé en bout de piste, toutes portes ouvertes, entouré de camions de pompiers. Comme j’étais celui qui avait convaincu l’équipe de voler « cheap », des regards mi-amusés, mi-inquiets s’étaient tournés vers moi. « Tu vas nous porter la poisse encore longtemps ? », avais-je entendu. La malchance n’est pas rationnelle. Le soir où je reçus les clés de mon premier appartement, la chaudière brûla. Il y a quelques années, en voyage officiel de l’Assemblée nationale, toutes les valises de la délégation étaient arrivées à Berlin, sauf la mienne. J’avais fini au petit matin dans un stock américain, n’y trouvant en janvier que de fines chemisettes de taille XXL.

Je ne suis pas Pierre Richard dans La Chèvre, mais les ressorts de la malchance à l’œuvre dans le scénario avaient résonné en moi, question d’expérience. Et la copine avec qui j’avais été voir le film au cinéma à Quimper, au temps lointain de notre adolescence, avait pris la porte de la salle dans la figure en sortant. Du coup, je me sentais moins seul. Nous en rions encore… Mon fils me dit qu’on ne s’ennuie pas avec les gens qui ont « des misères ». C’est au moins cela. La vie n’est pas monotone avec nous. Les gens qui ont la poisse sont sympas, mais si, mais si. Pour résumer, il faut en rire, y compris (et surtout) de soi-même, et faire un peu attention quand même. Se marrer aide à relativiser les moments de galère. Hier matin, avec mon pneu crevé, je n’ai pu réprimer un sourire fataliste, seul dans ma voiture de location, au bord de la voie rapide de Chambéry, dans le style « mais qu’ai-je bien fait cette semaine pour mériter cela » ? Je me suis souvenu aussi d’un fou rire, il y a longtemps, avec une amie qui s’était endormie dans les toilettes du restaurant où se déroulait la fête de Noël de son organisation. Lorsqu’elle s’était réveillée, la fête était finie et le restaurant avait fermé. On s’était dit alors qu’on était deux, et certainement tellement plus, et que la poisse, la scoumoune, « les misères » font partie du sel de la vie.

4 commentaires

Le bar de Pepe

J’étais hier à Madrid. Mes réunions achevées, je suis allé au bar de Pepe. Des bars de Pepe, il y en a certainement des tas en Espagne. Mais le bar de Pepe où je voulais me rendre est unique car il est celui de la série Entrevias, une valeur sûre d’Antena 3, puis de Netflix. Le bar La Muralla – c’est son nom – existe-t-il dans la vraie vie ? Oui, mais pas dans le quartier d’Entrevias. A Villaverde. Je suis allé y boire mon café solo. Il y a quelques mois, durant l’hiver, j’ai choisi un soir de regarder le premier épisode de la première saison d’Entrevias. Cela faisait un petit temps que j’en voyais l’accroche. Elle ne m’attirait pas à prime abord. Il était question d’un sexagénaire plutôt raide et réac, quincailler et ancien soldat de la guerre en Bosnie, se lançant aux trousses d’un gang menaçant sa petite-fille. J’ai fini cependant par cliquer et je dois reconnaître qu’il m’a fallu quelques épisodes pour entrer dans la série. Les histoires de gangs et de drogue ne me passionnent guère. Les premiers épisodes étaient sombres, durs, sans espoir. J’ai même failli lâcher. Le grand-père, Tirso, devait sourire une fois tous les 10 ans. Et la petite-fille, Irene, adoptée en Asie par ses parents, puis délaissée par eux, semblait porter sur ses épaules toutes les misères d’une famille déstructurée et la violence de son quartier.

Au cœur de la série et au centre de l’intrigue, il y avait surtout un bar, tenu par Pepe, le meilleur ami de Tirso. Le bar La Muralla n’a rien d’extraordinaire. C’est juste un petit bar de quartier, qui vit aussi difficilement que ses clients. C’est au bar que beaucoup se dit et souvent se joue. Les personnages s’y découvrent dans leur complexité et leurs contradictions, dans leur sincérité aussi et tout au bout dans leur humanité. C’est par le bar de Pepe que j’ai fini par prendre pied dans Entrevias. Je connais assez l’Espagne et la société espagnole pour imaginer ce qui entourait le bar, au sens propre comme figuré, à commencer par l’authenticité. Et peu à peu, Entrevias est devenu deux ou trois fois par semaine, lorsque tout le monde dormait à Bruxelles, mon rendez-vous avec une histoire, des personnages et un quartier. J’ai laissé le scénario m’emporter, celui de la première saison, certainement la plus forte et la plus vraie, et celui des deux autres saisons aussi. La force d’un scénario n’apparaît pas dans les premiers moments, elle s’impose petit à petit. Le jeu des acteurs y donne corps remarquablement. J’ai admiré Jose Coronado, l’interprète de Tirso, et Nona Sobo, la jeune interprète d’Irene. Il y avait la dureté de l’un, la souffrance de l’autre, l’alchimie totalement improbable et pourtant à venir entre eux deux.

Je ne suis pas un groupie des séries. Comme beaucoup de gens, ce sont les longues soirées de confinement en 2020 qui me les ont fait vraiment découvrir. J’étais plus un spectateur de films et, au fond, je le reste toujours. Cependant, je me suis pris parfois au jeu d’intrigues et d’histoires déclinées avec talent sous plusieurs géographies européennes. J’avais adoré La Casa de Papel et je crois bien au vu de son succès mondial que je n’ai pas été le seul. Je me suis attaché également à des séries finlandaises, danoises, flamandes, wallonnes, allemandes, polonaises ou luxembourgeoises. Aucune ne ressemblait à l’autre. Toutes avaient malgré tout un ancrage dans une région, une ville ou une société. Une série ne flotte pas dans l’espace, hors du temps ou hors d’un lieu. Elle a besoin de liens et de racines. Les personnages ne peuvent être improbables. Ils ne peuvent non plus changer, encore moins disparaître. Sans doute est-ce pour cela que j’ai aimé Entrevias. Aucun personnage n’est inutile. Pepe, avec son bar, n’est pas une figure seconde, il est très profondément dans l’histoire. Je me suis souvent demandé comment les scénaristes avaient trouvé la ressource et les idées pour poursuivre l’aventure, sans jamais se perdre, ni perdre l’unité de leurs personnages. Ce n’est pas simple.

Je n’avais pas aimé la fin de La Casa de Papel, comme si, faute d’idées après l’immense succès initial, il fallait faire disparaître les héros. Une série doit savoir s’achever sans s’abîmer, comme elle était venue, avant la saison de trop. C’est ainsi qu’elle devient une référence, qu’on aimera plus tard la revisiter. Ce sera, je l’espère, le cas pour Entrevias, dont le tournage de la quatrième et dernière saison a pris fin en début d’année. Elle sera bientôt sur les écrans. Au bar de Pepe, il n’y avait plus aucune trace du tournage, comme si rien, jamais, n’avait eu lieu. Et pourtant… J’aurais bien aimé trouver Pepe de l’autre côté du comptoir, voir entrer Tirso, son amie Gladys, son compère Sanchis, le policier Ezequiel et puis bien sûr Irene. J’aurais sûrement causé avec eux. Le plus étrange était que tout m’était familier : l’endroit, la salle, la cuisine, les tables, les toilettes et peut-être même la carte des tapas. Comme les rues environnantes et la devanture de la quincaillerie de Tirso. Je n’étais jamais venu et je connaissais pourtant tout, comme si durant des mois, j’avais arpenté ces rues à distance. Je ne devais sûrement pas être le premier curieux à vernir jusqu’au bar de Pepe. En entendant l’adresse, le chauffeur de taxi avait eu pour moi un sourire entendu.

Au Groupe Ouest, le laboratoire européen du coaching en scénarios, dont je suis administrateur dans le Finistère, le soutien au monde des séries a fait son chemin et c’est bien. Il ne s’agit pas d’une concurrence pour le cinéma. Ces mondes ne sont pas les mêmes. L’un et l’autre sont nécessaires, l’un et l’autre donnent à rêver, l’un et l’autre ont surtout besoin de faire émerger de nouveaux et jeunes talents. Il y a un imaginaire à révéler et encourager toujours davantage. La diversité des récits est ce qui fait la force de l’Europe, ce qui la distingue aussi. Il y a un nombre incroyable de manières différentes de raconter une histoire, de la rythmer, de la faire vivre, d’y mettre des émotions, loin de toute uniformité, de happy endings prévisibles et de recettes usées jusqu’à l’ennui. J’ai aimé Entrevias parce que rien dans l’intrigue n’était simple et même totalement maîtrisé, qu’il était question de racisme, de violence, de préjugés, d’abandon, de coming out, de dépression ou de couardise, mais aussi de hauteur d’âme, de dépassement, de sursaut, de rédemption, de courage et de vérité. Cela valait bien ce petit détour avant de rejoindre l’aéroport de Madrid, une heure loin de tout, assis silencieusement dans le bar de Pepe, curieux et admiratif, reconnaissant aussi, heureux tout simplement.

Le comptoir du bar La Muralla
Commentaires fermés