Skip to content

Pierre-Yves Le Borgn' Posts

Elections européennes : le jour d’après

Les résultats des élections européennes des 23-26 mai 2019 marquent incontestablement un tournant dans l’histoire parlementaire de l’Union européenne, qui peut avoir des conséquences quant aux priorités politiques de l’Union pour la mandature qui s’ouvre (2019-2024) et à ses perspectives financières (2021-2027). Des enseignements peuvent également être tirés du vote en France, qui voit le Rassemblement National devancer de peu la République en Marche dans un contexte d’effondrement du parti Les Républicains, de balkanisation de la gauche et de poussée d’Europe Ecologie Les Verts.

Le Parti Populaire Européen (démocratie-chrétienne / centre-droit) et le Parti Socialiste Européen (social-démocratie / centre-gauche) ont perdu la majorité absolue en sièges au Parlement européen qu’ils détenaient ensemble depuis la première élection au suffrage universel direct en 1979. La somme des députés élus sous les bannières des partis membres du PPE et du PSE sera inférieure de plus de 50 sièges à la majorité absolue de 376 sièges. C’est pour ces deux formations un échec cuisant, même si leurs groupes parlementaires resteront en taille les deux premiers dans l’Hémicycle du Parlement européen.

Les réels vainqueurs de ces élections européennes sont l’ALDE (libéraux) et les Verts. Ces deux formations progressent largement en sièges. La perte de la majorité absolue par le PPE et le PSE leur donne un rôle-pivot inédit non seulement pour la désignation du Président de la Commission européenne, mais surtout pour orienter et construire les compromis législatifs et budgétaires permettant de peser dans l’échange avec le Conseil des Ministres. Tout dépendra pour l’ALDE de sa capacité à intégrer les députés de la République en Marche et à attirer certains députés de centre-gauche. Pour les Verts, l’influence se mesurera à la volonté du groupe parlementaire de substituer une logique de construction à une posture de protestation.

Les forces nationalistes et souverainistes ont enregistré des gains significatifs en sièges. Pour autant, le probable départ des députés britanniques cet automne et l’hostilité de principe des partis nationalistes à l’Union européenne priveront ces groupes d’une réelle influence sur la définition des positions politiques du Parlement européen. En vérité, ces sièges gagnés par les nationalistes sont autant de sièges perdus pour le travail parlementaire. Et la leçon majeure à en retirer, c’est que les pays envoyant un gros contingent de députés nationalistes au Parlement européen y verront leur influence de facto réduite. Ce sera le cas notamment de la France, de l’Italie et de la Pologne.

Le Conseil européen se réunira demain à Bruxelles. Le couple franco-allemand s’y présentera affaibli, tant par ses désaccords des derniers mois que par les résultats électoraux calamiteux de la coalition CDU-SPD au pouvoir à Berlin et en-deçà des espérances de la République en Marche en France. Cela rebat les cartes pour la désignation des successeurs de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne et de Donald Tusk à la présidence du Conseil européen. Il sera dur à la Chancelière Angela Merkel d’imposer le Spitzenkandidat du PPE Manfred Weber à la Commission, tout comme à Emmanuel Macron de lui opposer la candidature de Michel Barnier. Cela rend l’hypothèse d’une désignation de la Commissaire libérale danoise Margrethe Verstager possible.

Ce « mercato » des leaders aura des conséquences sur les priorités des institutions européennes et les perspectives financières de l’Union. La force nouvelle de l’ALDE et des Verts au Parlement européen devrait en particulier orienter de manière plus ambitieuse les priorités de l’Union sur le climat et la transition énergétique. Tant mieux. Cet effet pourrait se mesurer aussi avec des réformes de la politique de la concurrence et de la politique agricole commune. Les résultats des élections et l’équilibre en sièges au Parlement européen conduiront certainement à un ralentissement, voire une pause en matière d’accords de libre-échange.

En France, la première place du Rassemblement National retient l’attention. C’est incontestablement un succès pour lui. Il est prévisible cependant qu’il n’en fera rien. Ses députés comme ceux de la mandature précédente voteront par principe contre les propositions législatives européennes. De fait, la réalité du travail parlementaire des députés français tiendra au mieux sur une cinquantaine de sièges, ce qui réduira immanquablement l’influence de la France au sein du Parlement européen. La faiblesse de la représentation française au sein des groupes parlementaires du PPE (8 sièges) et du PSE (6 sièges) y contribuera également.

La seconde place de la République en Marche est un demi-échec. La volonté pro-européenne du Président Macron n’a pas été partagée au-delà d’un socle honorable de près de 23%. Ce socle est dans l’étiage du résultat du candidat Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. A bien regarder cependant, la réalité est différente. Il est probable en effet que nombre d’électeurs de François Fillon en 2017 aient voté pour la liste de la République en Marche aux élections européennes (comment expliquer sinon l’effondrement de la liste LR à 8% ?) et qu’une part des électeurs d’Emmanuel Macron d’il y a 2 ans, issus du centre-gauche, ait à l’inverse accordé leurs voix à Europe Ecologie Les Verts, voire à la liste du Parti socialiste et de Place Publique.

Cette évolution ne peut passer inaperçue. Dans la perspective des élections à venir et en particulier de l’élection présidentielle de 2022, le Président de la République doit renouer avec son électorat d’origine. Le danger pour la République en Marche, si elle se coupait durablement du centre-gauche, serait de devenir une version moderne de ce que fut l’UDF dans les années 1980-1990 : une formation politique ancrée au centre-droit, portée par un idéal européen fort, mais peu en phase avec les aspirations du monde du travail et la volonté de transformation écologique et sociale manifestée par la société française. Le Président de la République et la République en Marche seraient contraints par un espace politique trop étroit pour déployer leur action et construire l’avenir.

Commentaires fermés

Le bonheur de courir

20 km de Bruxelles, mai 2018 (© WWF Belgium / Romain Thiry)

A plus de 50 ans, je n’ai plus les jambes de ma jeunesse. L’âge est là, mais ce n’est pas tragique. Parce que dans ma jeunesse, je courais beaucoup moins qu’aujourd’hui. Sans doute le jogging était-il moins populaire qu’il ne l’est devenu désormais. Et je passais beaucoup de temps sur mon vélo, de sorte que l’activité physique était garantie. Ce n’est qu’après la trentaine que je me suis mis à courir. Pour voir jusqu’où je pouvais aller et peut-être aussi, comme un rêve secret, imaginer que je pourrais m’aligner sur un semi-marathon. Je l’ai fait. Mais, au-delà de tout cela, c’est une inquiétude de santé qui m’a conduit sur les chemins des bois et forêts de Bruxelles. Depuis le début de l’adolescence, je souffre en effet d’un asthme qui, sans être trop préoccupant, gâchait une part de mes printemps, lorsque vient la floraison. Plutôt que de fuir le sport par précaution, alors qu’il fait partie de ma vie depuis l’enfance, je me suis dit que je devais au contraire en faire davantage et courir pour mieux maîtriser ma respiration. C’est rétrospectivement l’une de mes décisions les plus inspirées.

Aujourd’hui, si l’asthme ne m’a pas abandonné, il est moins menaçant. Et cela, je le dois à la course à pied. Je sais mieux comment respirer. La course me l’a appris, les conseils d’amis également. Courir est un bonheur, seul et plus encore en groupe. Je ne suis pas un athlète. Je connais mes limites et je sais que je n’ai pas les jambes pour un marathon. Je fais 5 ou 6 courses par an, souvent des semi-marathons, parfois aussi des courses de 10 km et 15 km. Je boucle les 21 km d’un semi-marathon en 2 heures les jours de bonne forme. J’aime échanger au départ et sur la route avec les concurrents, anonymes autant que je le suis. Cette joie collective et cette bonne humeur sont une belle part du bonheur de courir. C’est du sport pour tous, quel que soit l’âge. Avec parfois une œuvre à soutenir, comme le WWF pour lequel je cours tous les ans les 20 km de Bruxelles. « Move your … for nature » : l’an passé, c’était pour les éléphants, cette année pour le tigre. Mes enfants me voient partir le matin de la course, intrigués, surtout cette année avec les oreilles du panda. Au retour, ils attendent de voir la médaille.

Tout cela n’a rien du tout d’exceptionnel. Il faut faire du sport, chacun à sa manière, selon ses préférences, son âge et ses capacités. Le monde dans lequel nous vivons nous maintient bien trop longtemps sur des chaises, des fauteuils ou des canapés. Marcher, emprunter les escaliers plutôt que l’ascenseur, courir, pédaler, nager, c’est à la portée de bien des sportifs qui s’ignorent. On y gagne un bien-être, une meilleure hygiène de vie, du plaisir et souvent aussi de nouveaux amis. Sur le port de La Corogne, en Espagne, il y a une allée de 2 km sur laquelle j’aime chaque été aller courir pour gagner ensuite le « paseo maritimo », qui suit l’océan sur près de 10 km. Cette allée est connue des habitants de La Corogne comme « l’allée du cholestérol ». On y croise notamment ceux à qui la médecine a prescrit de l’exercice. Et qui se prennent au jeu, en marchant ou en courant. Mon beau-père médecin y retrouve encore certains de ses patients. C’est une chance d’avoir dans une ville des allées, des bois et des pistes pour courir. Toutes les villes n’ont pas cela. Ce devrait être un objectif de politique municipale, que l’Europe, parce que la saison est électorale, pourrait utilement encourager.

Voilà quelques idées et un petit témoignage au soir des 20 km de Bruxelles, une semaine après les 15 km de Woluwe-Saint-Lambert et deux semaines après les 10 km de Uccle. Je serai l’an prochain de nouveau au départ de ces 3 belles courses. D’ici là, je retrouverai les allées du Bois de la Cambre, le « paseo maritimo » de La Corogne et le front de mer de l’Ile Tudy. A l’automne, il y aura le semi-marathon de Bruxelles et, peut-être, celui de Lisbonne aussi (courir fait découvrir et aimer de belles villes!). Alors, vive le sport, vive le sport pour tous !

2 commentaires

Transition écologique : halte à la procrastination !

Comme de nombreux Français, j’ai suivi la conférence de presse du Président de la République le 25 avril. J’ai été séduit par diverses initiatives et mesures annoncées, mais je suis aussi resté clairement sur ma faim concernant la transition écologique. Disons-le franchement : à ce stade (et depuis 2 ans), le compte n’y est pas. Il y a un écart regrettable, coupable même, entre l’ambition internationale régulièrement affichée par la France sur le climat et la réalité décevante des résultats obtenus dans l’hexagone. Depuis 2015, les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse, en flagrante contradiction avec notre stratégie nationale bas carbone, et les prévisions indiquent qu’elles pourraient continuer à augmenter ainsi jusque 2023.

A un moment – et ce moment, la jeunesse qui défile dans les villes de France nous rappelle que c’est maintenant – il faut avoir le courage et l’ambition d’aligner les professions de foi, les actes et les résultats. Un jury de 150 citoyens tirés au sort va travailler sur la question et faire des propositions. Très bien, mais n’était-ce déjà pas le rôle du grand débat national ? Une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne et un prix minimal du carbone dans l’Union ont été mentionnés. Très bien également, mais outre qu’il faut pour cela une unanimité des 28, ceci ne peut nous dédouaner de l’obligation d’agir en France. Or, rien n’a été dit sur l’avenir de la fiscalité française du carbone et la redistribution nécessaire de ses recettes, à l’origine pourtant du mouvement des Gilets jaunes.

La France inscrira prochainement dans la loi l’objectif de neutralité carbone pour 2050, que l’on atteindra en divisant par six les émissions de gaz à effet de serre. Il y aura certes toujours des émissions résiduelles de gaz à effet de serre, mais elles devront compensées par des puits de carbone naturels comme les forêts ou les zones humides et peut-être aussi par la capture et la séquestration du CO2. Comment ne pas soutenir cet objectif ? Et comment ne pas mesurer en même temps que des choix devront être faits pour que les résultats soient au rendez-vous ? A commencer par des choix profonds, structurants, irréversibles d’aménagement du territoire, alors même que la France est soumise à une artificialisation accélérée des terres.

Choisir, agir, obtenir des résultats, là est tout le défi pour notre pays. Cela fait des années, depuis le Grenelle de l’environnement, que la transition écologique est sujette aux effets d’annonce sans grand lendemain et in fine à une procrastination coupable. L’objectif de neutralité carbone voudrait que l’on aborde de front la question de l’affectation des terres : quelle part à la plantation d’arbres, quelle part à la production agricole, quelle part au développement économique, quelle part aussi aux grands parcs solaires ? Si ce travail-là n’est pas fait et les décisions prises peu ou pas exécutées (autre réalité dérangeante), l’objectif, comme les précédents, ne sera pas davantage tenu. Rien ne sera durable non plus sans investissements massifs pour la diversification énergétique, l’isolation thermique et l’évolution de l’agriculture.

On ne peut indéfiniment jouer petit bras et créer des instances supplémentaires de débat alors que l’urgence d’agir est là. Un conseil de défense écologique sera institué au sein du gouvernement. Qu’apportera-t-il à l’action ? Et pour dire les choses abruptement, s’imposera-t-il aux opérateurs historiques de l’énergie en France ? Ou en resterons-nous à « business as usual », c’est-à-dire au surplace ? Le Parlement osera-t-il prendre toute sa place – il le devrait – en inscrivant dans la loi et en particulier dans le budget une fiscalité ambitieuse du carbone qui soit puissamment incitative et en même temps juste socialement ? Contrôlera-t-il l’action de l’exécutif, demandera-t-il des comptes, autant sur l’EPR de Flamanville que sur les parcs éoliens offshore annoncés depuis si longtemps et que l’on attend toujours ?

C’est en affichant des résultats et pas seulement des objectifs que la France exercera utilement le leadership qui lui revient dans le combat global contre le réchauffement climatique. L’Accord de Paris nous oblige. Symboliquement, parce que la France a été le pays hôte de la COP 21, elle en est le garant. Des débats importants interviendront après les élections européennes et le renouvellement de la Commission cet automne. Ils porteront notamment sur la neutralité carbone à l’échelle de l’Union, dans un contexte de division entre Etats allants et Etats réfractaires, et sur les perspectives financières pluriannuelles de l’Union pour la période 2012-2027. Dans cette négociation essentielle, il faudra aller chercher plus de crédits pour la transition écologique. Autant de sujets pour lesquels la France sera attendue, à condition d’être au clair sur la transition écologique chez elle.

Commentaires fermés

Soutien à la Constitution espagnole

©Congreso de los Diputados

J’ai publié cette semaine une tribune en soutien à la Constitution espagnole sur le site de la Fundación Valsaín para la Promoción y Defensa de los Valores Democráticos, dirigée par mon ami Alvaro Gil-Robles, ancien Défenseur du peuple espagnol et Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe. Voici le lien permettant d’y accéder : https://fundacionvalsain.com/v2/site/index.php/en-apoyo-a-la-constitucion-espanola. Et ci-dessous la version en français de ce texte.

Je suis breton. La force et la vitalité des régions en Europe me passionnent. J’y vois l’avenir de notre continent, de son développement et de l’adhésion des peuples à un projet d’union dans la diversité. Français, je suis citoyen d’un pays où le centralisme a trop longtemps été la règle, bridant les volontés et les identités locales. C’est dire que la liberté d’une région d’affirmer son ambition dans le plein respect des règles constitutionnelles et européennes me parle spontanément au cœur.

Comme tant d’autres, je suis la crise en Catalogne avec inquiétude. Je connais et j’aime cette région. Je connais aussi l’Espagne : c’est le pays de mes enfants et de mon épouse. Le hasard veut que j’habite en Belgique à une quinzaine de kilomètres de Waterloo, « siège » depuis un an d’une improbable « République de Catalogne en exil ». D’anciens dirigeants régionaux, soutenus par un parti nationaliste flamand, s’y sont installés et se présentent comme des résistants pourchassés en raison de leur choix indépendantiste.

Tout cela est une invention. Personne en Espagne n’est poursuivi, encore moins emprisonné, en raison de ses opinions. C’est l’honneur de l’Espagne postfranquiste que d’avoir su rompre avec l’arbitraire, en construisant, par la volonté jointe et courageuse de forces politiques que l’histoire avait tragiquement opposées, une démocratie solide et un Etat de droit irréprochable. Des exilés et des prisonniers politiques, il y en avait sous la dictature, beaucoup même. Il n’y en a plus depuis l’avènement de la démocratie espagnole.

De quoi parle-t-on ? De dirigeants qui, à la tête du gouvernement régional, ont choisi d’ignorer les multiples avertissements de leur opposition au parlement catalan, du gouvernement espagnol et de la Cour constitutionnelle en organisant un référendum le 1er octobre 2017 sur l’indépendance de la Catalogne, puis en proclamant cette indépendance. Or, il n’existe pas de droit à l’autodétermination dans la Constitution espagnole, pas plus d’ailleurs que dans la Constitution française ou dans celle de la Belgique.

C’est dans ce cadre que des poursuites pour rébellion, sédition et autre détournements de fonds publics ont été engagées contre les dirigeants catalans concernés. Certains, placés en détention préventive, sont jugés en ce moment par le Tribunal suprême. D’autres non, ayant choisi la fuite – et non l’exil – pour échapper la justice. Les droits de la défense devant le Tribunal suprême sont scrupuleusement respectés. Les débats sont publics et chacun peut les suivre en streaming, en Espagne et ailleurs.

La vérité est là. La justice se prononcera comme dans tout Etat de droit. Dans l’attente, la désinformation et le « story telling » battent leur plein, fracturant profondément la société catalane et déstabilisant l’Espagne. Certains anciens dirigeants catalans en cours de jugement par le Tribunal suprême ou installés à Waterloo se présentent aux élections générales du 28 avril, menant campagne par vidéoconférences. Un parti d’extrême-droite, Vox, est apparu et appelle à la recentralisation de l’Espagne. Tout cela est redoutable.

Dans une démocratie, la Constitution doit être respectée. Elle peut certes évoluer, mais dans le strict respect des règles de réforme et de majorité qualifiée posées par le constituant. Aucune cause ne légitime le viol d’aucune Constitution en Europe. C’est la position que j’avais défendue en toute sincérité devant les autorités espagnoles, puis les députés à Madrid lorsque j’étais candidat au mandat de Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe il y a un peu plus d’un an.

Mais il faut aussi vouloir aller plus loin que le seul rappel de la Constitution et engager le débat, moins tant avec ceux qui écartent les règles pour imposer leurs idées, qu’avec le peuple espagnol et donc les habitants de la Catalogne, sevrés par la désinformation. Ce sont eux qu’il faut convaincre par des arguments de bon sens sur la force de l’identité régionale, son lien utile avec la Nation et la place centrale de la région en Europe. Et donc par le soutien renouvelé aux autonomies en Catalogne et dans le reste de l’Espagne.

Commentaires fermés