Skip to content

Les diasporas, une chance pour l’Europe

J’étais hier l’un des orateurs de la conférence sur les diasporas et l’économie organisée à Amman par le Conseil de l’Europe et la Chambre des Représentants de Jordanie. J’y avais été invité en qualité de Président de Europeans Throughout The World. Voilà deux ans qu’a été mis en place au sein de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe un réseau parlementaire des diasporas. Il accomplit un travail précieux pour valoriser l’apport multiple des diasporas dans les pays d’origine et de destination. J’étais encore membre de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe lorsque l’idée d’établir ce réseau avait commencé à se faire jour. Plusieurs députés, en particulier Andrea Rigoni (Italie), Carlos Costa Neves (Portugal) et moi-même, avaient encouragé le Conseil de l’Europe par différents rapports et recommandations à s’emparer de ce sujet pour le faire prospérer dans la relation avec les Etats membres et la société civile.

J’ai été député des Français de l’étranger. Je vis à l’étranger depuis plus de 30 ans. Ma famille est multiculturelle et plurinationale. La dimension diasporique, c’est tous les jours, d’une manière ou d’une autre, que je la pratique. Dans ma vie publique et associative, j’ai longtemps combattu pour les droits des expatriés et pour l’égalité de traitement, tant avec les citoyens des pays de résidence qu’avec ceux des pays d’origine. Je continue de le faire. Pour autant, l’expérience de ces années m’a montré qu’une large part de la réponse aux difficultés rencontrées pour faire prévaloir ces droits dépend de la capacité de faire partager l’apport de nos diasporas à la vie en société. Il ne faut pas uniquement revendiquer et parfois même tempêter, il faut aussi et peut-être même d’abord expliquer, justifier et convaincre, en un mot affirmer qui nous sommes et ce qu’est notre impact sur la vie économique, sociale et culturelle des pays d’origine et de résidence.

Disons les choses franchement : trop souvent encore, celle ou celui qui vit à l’étranger est regardé étrangement dans le pays d’origine, entre défiance, envie et incompréhension. Je me souviens de certaines réflexions peu amènes entendues à l’Assemblée nationale lorsque j’y prenais la parole pour défendre les Français de l’étranger. Le combat contre le prélèvement de la CSG sur leurs revenus immobiliers en France en fut l’exemple le plus atterrant. Sans trop grossir le trait, j’étais le défenseur des privilégiés, des exilés fiscaux et autres gens partis loin, qui réclament le beurre et l’argent du beurre… C’était pourtant tout, sauf cela. L’idée que s’établir à l’étranger est une fuite, une perte pour le pays d’origine reste tristement vivace. Et que dire, lorsque l’on se place du côté du pays de résidence, de la méfiance récurrente à l’égard des étrangers et des citoyens d’origine étrangère. Tous ces clichés prospèrent parce que les diasporas sont insuffisamment connues. Cela doit changer.

C’est dans cette perspective que je me suis engagé au sein de Europeans Throughout The World. Car c’est d’abord aux diasporas et à leurs organisations de parler d’elles-mêmes, en un mot de se prendre en main et faire montre par la preuve de l’atout considérable qu’elles représentent pour les pays d’origine et de résidence. La conférence organisée à Amman m’en donnait l’occasion. La Jordanie est un pays qui, par son histoire et sa réalité actuelle, connaît bien plus que d’autres le défi diasporique. Nombre d’étrangers y vivent, parmi lesquels un million de réfugiés. Et la communauté jordanienne, bien structurée et organisée, est présente à travers le monde. La conférence nous a permis, par les multiples présentations de fondations, d’associations, d’ONG et d’autorités gouvernementales, de prendre pleine mesure de ce que les diasporas signifient pour la Jordanie comme pays de résidence et comme pays d’origine et de découvrir les politiques publiques développées à cette fin.

Qu’ai-je dit à Amman ? Les organisateurs m’avaient demandé d’intervenir sur la valorisation du potentiel économique des diasporas au bénéfice des pays d’origine et de résidence. Je m’y suis attaché, soulignant l’impact économique des transferts financiers. Dans certains pays, sa valeur peut excéder celle des exportations. Les diasporas renforcent également le flux d’échanges commerciaux entre pays de résidence et pays d’origine. L’investissement dans le pays d’origine bénéficie aussi de leur engagement, parfois encouragé par la mise en place de fonds dédiés ou d’obligations spécifiques pour attirer l’épargne des communautés diasporiques. J’ai distingué toute la valeur ajoutée des diasporas en termes de partage et de transferts de connaissance vers l’économie et l’entrepreneuriat dans le pays d’origine. Enfin, j’ai souhaité mettre en évidence le capital culturel et humain des diasporas, qu’incarnent les associations et que l’usage des réseaux sociaux a permis de démultiplier décisivement.

J’ai la conviction que le potentiel des diasporas est immense et qu’il leur revient de le valoriser dans les pays d’origine et de résidence. Cela requiert, en retour, que les autorités de ces pays sachent s’ouvrir aux diasporas par des politiques inclusives, qui consolident le sentiment d’appartenance. Rien n’y conduit mieux que l’accès facilité à la nationalité (et donc la reconnaissance de la plurinationalité), le droit de vote depuis l’étranger et le droit à une représentation parlementaire dédiée. S’y ajoute l’obligation à charge des pays d’origine et de résidence d’éliminer tous les obstacles légaux, fiscaux ou simplement bureaucratiques que l’on affronte lorsque l’on vit à l’étranger, de même que la nécessité d’assurer la portabilité des droits sociaux, des mécanismes de couverture sociale et des retraites entre pays de résidence et pays d’origine. Tout cela commande de travailler étroitement avec les organisations diasporiques, les entreprises, les chambres de commerce et les institutions financières.

La conférence d’Amman a permis un échange approfondi d’idées et de pratiques entre participants. J’ai été impressionné par le développement d’une application liant les ressortissants ukrainiens à l’étranger, présentée par la fondation Global Ukraine. C’est toute la force du réseau parlementaire des diasporas mis en place par l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe. Il faut le renforcer et lui garantir les moyens de fonctionner utilement. Il bénéficie d’une contribution volontaire et précieuse de la Confédération helvétique, qu’il faut remercier. Parlementaires, associations, ONG, entreprises, gouvernements et institutions européennes doivent s’y retrouver. Je voudrais imaginer une meilleure participation des pays d’Europe de l’ouest, trop en retrait à ce stade, de même que de l’Union européenne. Ce sujet peut être (doit être) l’un de ceux pour lesquels il est nécessaire de renforcer la coordination entre le Conseil de l’Europe et l’Union européenne.

Un mouvement est lancé, qu’il faut soutenir, nourrir par les idées et accompagner. Peu à peu, la cause de la mobilité citoyenne gagne ainsi du terrain, même si le mouvement reste encore trop lent. Le 3 octobre, je serai auditionné comme Président de Europeans Throughout The World par la commission des migrations de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, réunie à Strasbourg. Je participerai à la prochaine conférence du réseau parlementaire des diasporas à Tbilissi le 16 décembre, qui sera consacrée au rôle des diasporas dans la construction et l’affirmation de l’Etat de droit. J’espère que les auditions au début du mois d’octobre des Commissaires européens désignés permettront aux parlementaires européens d’aiguiller l’Union européenne vers les diasporas et garantira ainsi le rapprochement des initiatives. Les diasporas font partie de l’histoire européenne, elles font également partie de l’avenir européen qu’il nous faut construire. Elles sont une chance pour l’Europe.